Carnaval: les déguisements pas chers de dernière minute

Pour fêter Carnaval en grande pompe, il faut être déguisé(e)!

Découvre nos idées de costumes à bas prix et qui ne nécessitent pas trop de travail...

1. Docteur Maboul

Vous connaissez certainement ce jeu culte où il faut retirer des organes/os à un patient avec une pince sans déclencher de sonnerie. Alors nous vous proposons de vous déguiser en patient du Docteur Maboul de manière assez simple puisqu'il vous faudra un nez rouge, un pull de couleur clair et un pantalon rouge. Ensuite, il vous reste à customiser vos vêtements avec l'os en forme d'étrier, le coeur, la pomme d'Adam, etc. Pour confectionner les organes, vous pouvez utiliser du tissu à thermocoller.

2. La grappe de raisins

Un costume original qui nécessite une tenue violette ou verte et des ballons assortis. Seul inconvénient: les petits plaisantins qui s'en donneront à cœur joie en crevant vos ballons!

3. Le pilote d'avion

Idéal pour un enfant, ce déguisement est facile à réaliser mais demande quand même un peu de temps. Vous aurez besoin de carton suffisamment grand pour accueillir un enfant ou un adulte à l'intérieur. Des chutes de cartons pour réaliser les hélices que vous assemblerez avec de la colle et une grande attache parisienne en laiton pour la fixer. Les ailes de l'avion se réalisent grâce aux rabats du carton (ouvertures/fermetures). Reste à peindre l'engin et à trouver des accessoires! Un bonnet et des lunettes de plongée seront parfaites pour le casque d'aviateur.

4. La barre chocolatée Kit Kat

Idéal si vous êtes accompagné(e) par un proche, ce déguisement est très vite créé. Il vous faut une tenue rouge (pullover et bas/pantalons slim), du papier cartonné que vous peindrez en rouge avec l'inscription Kit versus Kat et que vous fixerez soit directement sur le vêtement avec une épingle à nourrice ou autour du cou comme sur la photo ci-dessus, et du maquillage brun pour le visage, voire les bras/mains.

5. Le bébé

Très facile puisqu'il demande surtout des accessoires que vous pouvez trouver facilement autour de vous grâce à des proches qui ont des enfants, tels que le biberon, la bavette, une lolette, une peluche, etc. Pour confectionner la couche, prenez soit un très grand foulard, soit un vieux drap que vous couperez aux bonnes dimensions. Habillez-vous avec des bas, la couche, un simple pullover et une casquette ou un bonnet.

Ensuite, pour faire vous-même des confettis à la mode radine, il suffit de vider toutes les perforatrices que vous aurez sous la main! Facile et pas cher ;-)

Affichages : 44
0 Clics: 44
0 Clics: 44

Marges brutes record pour Migros et Coop

Les deux détaillants suisses affichent les plus importantes marges brutes* d'Europe et, bien entendu, ce sont nous consommateurs qui payons le prix fort!

Pas étonnant que les Suisses aiment faire leurs emplettes à l'étranger... Selon une étude menée par la société allemande de conseil Deekeling Arndt Advisors pour l'association des fabricants de marques suisses Promarca, Migros aurait dégagé une marge brute de 40,2% en 2015, soit la plus haute marge d'Europe. Coop arrive en 2ème position avec 29,8%.

En comparaison, Carrefour en France génère 20,9% de marge brute et, en Angleterre, les chaînes Sainsbury's et Tesco comptabilisent respectivement 6,2% et 5,2% de marges.

Pour Patrik Ducrey, vice-directeur de la Commission de la concurrence (COMCO), cité par Schweiz am Sonntag, la forte concentration du marché constitue une des raisons pour lesquelles les prix en Suisse sont plus élevés. Le haut fonctionnaire évoque même un «duopole effectif». «Les marges brutes élevées sont une boîte noire», indique-t-il dans les colonnes du journal alémanique. (source: 24Heures, 19.02.2017).

Reste que selon les deux géants oranges suisses, les marges ne sont pas comparables, notamment à cause des loyers et des salaires plus élevés dans notre pays.

* la marge brute représente le ratio entre ventes et coût de production, soit combien gagne le détaillant après déduction des frais de ses marchandises.

Affichages : 89
0 Clics: 89
0 Clics: 89

Nos idées pour une St-Valentin pas chère !

Le 14 février approche à grands pas et certains tremblent déjà en constatant leur porte-monnaie vide et leur chéri(e) dans les starting block pour célébrer la fête de l’amour comme il se doit.

Bref, soit vous faites partie des personnes pour qui la St-Valentin est un jour comme un autre, soit vous êtes de ceux qui souhaitent marquer le coup en choyant votre moitié ce jour-là. Si vous appartenez à cette 2e catégorie, sachez que la St-Valentin représente une aubaine pour les fleuristes qui n’hésitent pas à gonfler les prix pour l’occasion et pour les restaurateurs qui concoctent des menus spéciaux souvent chers et pas forcément savoureux. 

Pour faire plaisir à l’être aimé, pas besoin de casser votre tirelire, un peu d’imagination, de temps et de motivation amoureuse devraient faire des merveilles !

1.      La gastronomie de l’amour

Comme le disait ma grand-mère, l’amour passe par un estomac bien rempli. Pas besoin de sortir dans un endroit huppé pour manger caviar et foie gras en sirotant une coupe de champagne afin de déclarer sa passion. On a tous un pécher mignon culinaire, un plat préféré qui ne figure pas à la carte d’un restaurant gastronomique. Purée et saucisse de veau, spaghetti carbonara, steak frites, etc. Ok ça ne fait pas très glamour mais au moins ça sera apprécié !

Si vous aimez passer du temps derrière les fourneaux, vous pouvez vous amuser à concocter des petits plats sur le thème de l’amour avec des ingrédients simples. Voici en images de quoi vous inspirer :

Le petit-déjeuner croqu’Love

Les tomates apéritives

La pizza en forme de cœur

Il vous faudra de la farine, de l’eau, du sel et de l’huile d’olive pour confectionner la pâte. Un bon tour de main pour la façonner en forme de cœur, mettre les ingrédients de votre choix, hop au four et le tour est joué ! L’effet est maxi et le budget mini ;)

 

Le gâteau surprise 

 

 

Si vous êtes un manche en cuisine, vous pouvez encore amener le restaurant chez vous en allant chercher des plats à l’emporter chez le Chinois du coin ou le traiteur libanais. Ça évite la foule du restaurant et niveau budget, ça reste raisonnable.

2.  Préparer une jolie table

Si votre repas de fête n’a pas trop d’artifices, rajoutez-en dans la présentation !

Une table sur laquelle vous aurez installé des bougies en forme de cœur ou un menu écrit à la main, façon restaurant. N’oubliez pas un peu de musique et la lumière tamisée… Hyper cliché, c’est vrai !

3.      Placer un mot d’amour dans la poche, dans le sac ou la serviette de votre amoureux/se

Petite attention toute simple mais qui sera appréciée. Placer un mot doux là où le trouvera votre cher et tendre…

Si vous avez une jolie plume, vous pouvez écrire un poème ou une liste de ses qualités que vous appréciez particulièrement.

4.      Décorez facilement une chambre ou un espace de votre appartement aux couleurs de l’amour

 Pétales de fleurs sur le lit ou ballons gonflés avec des mots doux à l’intérieur représentent une déco très romantique et facile à mettre en place !

 

5.      Un massage réalisé par vos soins, de la tête aux pieds

Inutile de payer une centaine de francs dans un institut puisque vous pouvez réaliser un massage vous-même à votre compagne/compagnon. Il vous faudra de l’huile de massage (huile d’amande douce ou autre huile végétale) et un peu d’huile de coude ! Commencez par les pieds pour finir par le cuir chevelu, divin…

 

6.      Les cadeaux pas chers faits avec amour

Une jolie idée avec ce bocal en verre rempli de fraises Tagada. Il vous reste à écrire un joli message dessus !

Des biscuits maisons en forme de cœur ou avec un mot d’amour dessus, style petit-beurre.

Une boîte surprise réalisée avec une conserve

Un bon cadeau maison : vous pouvez également réaliser un bon cadeau, comme en magasin, en offrant de votre personne. « Bon pour un séance de câlins », « Bon pour un moment au 7e ciel ». Laissez libre cours à votre imagination ;-)

 

7.      Les achats malins

Moins de 10 CHF

Stickers, 1,90 CHF chez Micasa

Un mug décoré, Maison du Monde, 8,95 CHF

Une bouteille d’assemblage As de Cœur, AOP Vaud. 9,95 CHF en promotion chez Coop

 

Moins de 20 CHF

Bougie de massage Plaisirs Secrets

19 CHF, Sosexy.ch 

 

Thé Lov Organic, Manor, 15 CHF/100g

 

Entre 20 et 50 CHF

Porte-clés couple, 29.90 CHF chez ideecadeau.ch

Corps à cœur, 22.90 CHF, et ses billets doux "action ou vérité"

Eau de toilette Anaïs Anaïs, 29.90 CHF en promotion chez Marionnaud

Gel douche Bulgari, 37.90 CHF chez Marionnaud

 

Pour ceux qui veulent exploser le budget

Montre Frédérique Constant Heartbeat, 1850 CHF au lieu de 3750 CHF

En exclusivité sur Sovogue.ch    

 

Affichages : 646
0 Clics: 646
0 Clics: 646

Quel salaire gagnent les "people" suisses ?

Notre pays n'étant pas grand, nos personnalités - si elles veulent réussir - ont meilleur temps de franchir la frontière !

Chez Radin, nous avons souhaité nous pencher sur les revenus des personnalités suisses qu'elles œuvrent dans le pays ou qu'elles brillent à l'international.

Les sportifs

Le maître incontesté: Roger Federer

Selon les dernières estimations, Roger aurait engrangé 85 millions de CHF entre janvier 2016 et janvier 2017 (informations prises en compte avant sa victoire à l'Open d'Australie, ce qui doit passablement changer la donne!). Un salaire journalier à près de 250'000 CHF, soit ce qu'un ménage suisse très très aisé gagne annuellement... D'après les calculs, le champion de tennis-entrepreneur pèserait près de 275 millions de CHF car, outre ses gains professionnels, il devrait son immense fortune à de judicieux placements boursiers, un patrimoine immobilier conséquent et de juteux contrats publicitaires. Mais le sportif est également généreux puisqu'il a créé une fondation dédiée à l'éducation des enfants en Afrique du Sud et en Suisse.

Frère d'armes du Bâlois, Stan Wawrinka toucherait 10 millions de salaire annuel (sans compter les revenus publicitaires).

Les footeux:

Selon le classement du Blick (2015), Ricardo Rodriguez, en contrat avec le VfL Wolfsburg jusqu'en 2019, touche 8 milliions de francs par an.

Gardien de Wolfsburg, Diego Benaglio, n'est pas à plaindre avec des émoluments de 6,2 millions, soit un chouia plus que Xherdan Shaqiri qui comptabilise 6 millions annuels.

En prolongeant son contrat le 2 février à la Juventus de Turin jusqu'au 30 juin 2018, Stephan Lichteiner pourra profiter encore deux ans de ses 4,4 millions de récompense annuels (chiffres datant de 2016, la donne a peut-être changé avec le nouveau contrat).

Les hockeyeurs

En contrat avec les Flyers de Philadelphie, Mark Streit gagne 5 millions de dollars annuels.

Sur les pistes

Lara Gut avait connu une faible saison en 2015. Ses revenus annuels avaient donc chuté de 300'000 CHF (2014) à 102'000 CHF (hors contrats publicitaires). Nous n'avons pu trouver les chiffres de 2016 mais suite à son triomphe en Super-G à Val d'Isère , il est fort à parier que le montant à nouveau dû augmenter!

Sur deux-roues

Fabian Cancellara pesait 4 millions annuels après avoir signé un juteux contrat avec Trek en 2013. Il a tiré sa révérence en octobre dernier, après avoir été médaillé d'or olympique à Rio au contre-la-montre et quadruple champion du monde dans cette discipline.

Salaire juteux et retraite à vie pour nos conseillers fédéraux

Si on entend actuellement beaucoup parler de gros sous avec le scandale Fillon dans la course à la primaire française, les revenus sont tout aussi juteux chez nos politiques helvètes.

En 2016, le revenu brut d’un conseiller fédéral est de 445’163 francs par an et une indemnité pour frais de 30’000.- francs. Il profite en outre d’un véhicule de fonction à usage privé et d’un chauffeur à usage public. En revanche, il paye son loyer et ses impôts comme tout le monde et n’émarge pas aux frais de l’Etat pour aucune autre dépense, sauf sa protection qui ne perdure qu’un an après son départ. S’il reste en fonction plus de quatre ans, il touchera ensuite une retraite s’élevant à 50% du salaire des conseillers en activité, à savoir plus de 220'000 CHF annuel. Quand Monsieur Berset clame que les caisses de l'AVS se vident et qu'en tant que bons citoyens que nous sommes, il nous faudra travailler plus longtemps pour toucher une retraite pas très confortable, la situation est plutôt ironique...

En descendant un peu les échelons du statut d'homme ou de femme politique, nous avons souhaiter prendre l'exemple du Valaisan Oskar Freysinger puisqu'il a été au cœur d'une vaste polémique salariale en 2014. Le représentant UDC touche en effet 240'000 CHF comme membre du gouvernement valaisan et perçoit également 100'000 CHF pour siéger au Conseil national. Le cumul salarial de deux mandats étant mal perçu, la pratique veut - c'est en tout cas ce qui se pratique dans les autres cantons - qu'un élu dans cette situation reverse ses revenus fédéraux aux caisses cantonales. Oskar Freysinger s'y est refusé en conservant alors ses 340'000 CHF/an, sans pour autant enfreindre les règles en vigueur en Valais.

Miss Suisse plus mal lotie

Alors on ne va pas dire que son salaire est peu élevé puisque la plus belle Suissesse touche 10'000 CHF mensuels, mais elle ne peut plus faire fructifier ses revenus comme jadis l'ont fait ses consœurs Christa Rigozzi (570'000 CHF en 2006) ou Lauriane Gilliéron (470'000 CHF, 2005) comme l'impose le nouveau règlement de Miss Suisse. C'est en 2014 que les choses ont changé avec Laetitia Guarino qui a été la première Miss à recevoir un salaire fixe et plafonné à 120'000 CHF annuels avec comme mission première les enjeux sociaux et caritatifs. Avant, les Miss n'avaient pas de salaire mais pouvaient faire passer leurs intérêts personnels en prêtant leur image à de nombreuses marques et ainsi recevoir des royalties. Moins intéressant sur le plan financier mais, chez Radin, nous trouvons la démarche actuelle beaucoup plus sensée et humaine. Bravo !

Beauté 2.0

Internet est le nouvel eldorado et les métiers de demain seront numériques! Dans les années 80, quand on demandait à un enfant ce qu'il souhaitait faire, il répondait: "pilote", "institutrice", "pompier"... En 2000, c'était plutôt "chanteur" ou "mannequin". Eh bien en soyez pas étonné si, aujourd'hui, un bambin vous répond: "blogueur". En effet, quand on est un blogueur influent, on peut gagner un salaire mensuel à 5 chiffres en étant scotché à son Smarthpone toute la journée, soit le rêve de tout ado.

La Suissesse d'origine Biélorusse, Kristina Bazan, est donc un exemple parfait de la montée en puissance des influenceurs made in réseaux sociaux qui dictent la pluie et le beau temps en matière de tendances. Les marques se les arrachent, les jeunes les vénèrent et eux touchent le pactole! Egérie L'Oréal, Chopard et Mugler, Kristina Bazan s'est fait connaître grâce à son blog de mode Kayture. Aujourd'hui, elle occupe le 2e place du classement Forbes dans al catégorie Art & Style en tant que blogueuse la plus influente du monde ! Ses billets postés se monnaient à prix d'or (6'000 CHF le post), sa venue à une soirée (150'000 CHF) et  son contrat avec L'Oréal est à 7 chiffres... À seulement 22 ans, Miss Bazan pèse plusieurs millions ! 

Les personnalités de la télévision

Contrairement aux idées reçues, il ne fait pas bon travailler à la RTS en matière de salaire. Le petit écran helvète ne rapporte pas tellement gros à ses présentateurs même s'ils sont fidèles au poste chaque soir. En 2005, Esther Mamarbachi confiait au magazine en ligne Largeur.com gagner 100'000 CHF par an. Soit le salaire d'un prof de gymnase bien établi.

Quant à Darius Rochebin, son salaire devrait avoisiner les 120'000 CHF annuels. À titre comparatif, Claire Chazal touchait 120'000 euros mensuels sur TF1 et le salaire de David Pujadas sur France 2 (chaîne du service public) se monte à 18'000 euros mensuels.

En matière d'argent, il est donc préférable de sortir de nos frontières quand on est animateur. C'est ce qu'a fait Michelle Hunziker, ex d'Eros Ramazotti, qui est anime plusieurs émissions TV en Allemagne et en Italie. Sa fortune est estimée à 3 millions de CHF.


Affichages : 1146
0 Clics: 1146
0 Clics: 1146

Pour boire et manger, les Suisses paient un saladier !

Boissons, nourriture et tabac coûtent 72% de plus chez nous que dans la moyenne européenne, selon les comparaisons annuelles effectuées par Eurostat.

Cet état de fait n'est pas très réjouissant puisque cela confirme encore une fois que la Suisse est un îlot de cherté où les tarifs pratiqués ne sont pas toujours justifiés. Pour exemple, la Norvège et le Danemark - souvent comparés à la Suisse pour leur qualité de vie- affichent quant à eux des prix plus élevés de 60% et 45% seulement en comparaison avec la moyenne de l'UE. À noter par contre que les Norvégiens paient beaucoup plus cher les boissons alcoolisées et non alcoolisées, ainsi que le tabac et les produits laitiers. 

Où payer moins cher ?

Si vous avez l'habitude de pratiquer le tourisme d'achat, sachez que vous ne faites pas forcément les meilleures affaires en vous rendant en Allemagne ou en France. En effet, les prix sont les prix sont, en moyenne, seulement 3% moins chers dans le pays de Goethe et 9% plus bas dans l'Hexagone. Idem en Italie.

Pour faire vos emplettes à bas coût, il vous faudra aller en Macédoine, en Pologne ou en Roumanie, ce qui, vu la durée du trajet, n'est dès lors plus du tout rentable.

Affichages : 828
0 Clics: 828
0 Clics: 828

Léger recul des prix à la consommation en 2016

L'indice des prix à la consommation (IPC) a diminué de 0,4% en 2016. Ce recul s'explique essentiellement par les baisses de prix enregistrées pour les produits pétroliers et les automobiles, explique jeudi l'Office fédéral de la statistique (OFS).

Les prix des produits locaux ont baissé de 0,1% en moyenne et ceux des produits importés de 1,4%. Le renchérissement annuel moyen avait atteint -1,1% en 2015 et 0,0% en 2014, précise le communiqué.

Pour le seul mois de décembre, l'IPC a perdu 0,1% par rapport au mois précédent. Cette évolution est imputable aux prix plus bas enregistrés pour les voyages à forfait à l'étranger et dans le secteur de l'habillement. Les denrées alimentaires sont également devenues meilleur marché en décembre.

En revanche, les prix du mazout ont augmenté, de même que ceux des transports publics et des transports aériens.

Source: bilan.ch

Affichages : 405
0 Clics: 405
0 Clics: 405

Ces produits qu'on nous facture trop cher

On le sait tous, il y a une bien grande différence entre le prix de vente d'un produit que l'on achète et son prix de fabrication. En cause, les intermédiaires, la TVA et autres taxes, et bien entendu, le marketing et la publicité.

Voici quelques exemples de produits courants que nous achetons bien au-dessus de leur réelle valeur.

Les parfums

Ce sont les produits phares durant les fêtes, les eaux de toilette, eaux de parfums et dérivés ne sont pourtant pas si dispendieux qu'il n'y paraît. Le magazine 60 Millions de consommateurs explique que, généralement, le liquide présent dans le parfum ne représente que 1 à 1,5% du prix de vente de l'article ! Le reste étant dédié à 25% pour la publicité et le marketing ou encore 15% pour la marge de la marque du parfum... Alors même quand on profite d'offres à prix réduits avant Noël dans les parfumeries,  L'Oréal, Guerlain and co s'en mettent encore plein les poches!

Le disque dur de votre Smartphone

Peu importe la marque, que vous soyez Apple ou Samsung, vous aurez remarqué que nos bijoux technologiques - déjà très onéreux - voient leur prix flamber encore en fonction de la capacité de leur disque dur. Eh oui, parce qu'aujourd'hui on adore stocker plein de photos et de vidéos et que les applications envahissent notre quotidien. Donc, si vous optez pour le dernier iPhone 7 de 128 GB, il vous en coûtera en moyenne 120 CHF de plus que pour le modèle à 32 GB. Pourtant, une carte micro SD de 128 Go coûte moins que 50 CHF...

Les lunettes

Alors s'il y a bien un produit où on se fait plumer en beauté, c'est bien les lunettes. Là où vous payerez environ 150 CHF pour une monture chez un opticien, le coût de fabrication varie entre 5 et 40 CHF. Quant aux verres, là aussi c'est le jackpot puisque la marge se situe entre 10 et 50 %. On comprend mieux pourquoi les discounteurs peuvent se permettre d'offrir la 2ème paire ou vous faire un rabais proportionnel à votre âge...

Les divers services chez le garagiste

Il est bien connu que la facture est en général salée quand Titine va chez le garagiste. Et comme on n'y connaît souvent pas grand chose, difficile de négocier ou de contester un devis. Si les pièces ne sont pas forcément chères, les frais pour la main d’œuvre le sont nettement plus. La TdG annonçait d'ailleurs qu'à Genève, une heure peut vous être facturée de 80 à 220 CHF! Soit un énorme écart de prix. En outre, sachez que le devis peut être gratuit ou payant... En cas de devis payant non annoncé au préalable, sachez que vous êtes en droit de le contester au moment de payer la facture! Reste que la plus grande problématique reste l'honnêteté au sein la profession... L'émission ABE avait réalisé un test éloquent il y a plus de 10 ans sur le sujet en présentant une même voiture à divers garages de Suisse romande.

Affichages : 1132
1 Clics: 1132
1 Clics: 1132

Surendettement: un tabou qui peut tous nous concerner

Crédits à la consommation trop permissifs, difficultés à se gérer, perte de son emploi, maladie... Quels sont les facteurs qui peuvent faire basculer chacun d'entre nous dans le surendettement?

Ce soir (jeudi 19 janvier) à 20H10, l’émission Temps Présent sur RTS1 abordera ce sujet qui reste assez tabou dans un pays comme le nôtre. Et pourtant, que l'on soit cadre supérieur, employé à temps partiel, étudiant ou mère au foyer, le surendettement peut toucher n'importe qui.

Tout d'abord, qu'est-ce que le surendettement?

D'après la définition de Socialinfo.ch, le surendettement est un processus d'endettement en chaîne, souvent qualifié de spirale ou de cercle vicieux. Le consommateur endetté et dans l'incapacité de rembourser ses dettes, cumule la plupart du temps différentes formes d'emprunts : un ou plusieurs petits crédits, leasing de biens de consommation, découverts sur les cartes de crédit ou sur les cartes clients des grands magasins.

En 2000, parmi les ménages ayant un crédit en cours recensés par la Centrale d'information de Crédit (CIC, banque de données privée des professionnels de la créance), 18 %, soit près d'un sur cinq, cumulent deux emprunts ou davantage.

Si le phénomène est souvent considéré comme révélateur de nouvelles tendances consommatoires, il est également lié à une banalisation de l'emprunt, ainsi qu'à la forte incitation à la consommation véhiculée par les messages publicitaires. Cette dernière, dans une société où il faut "avoir" pour "être", ne s'est pas réduite dans le contexte socio-économique défavorable des années 90, contrairement à la capacité financière des ménages. (source: Socialinfo.ch)

Les personnes vivant seules et les hommes davantage touchés

Dettes Conseils Suisse a récolté des données précises en 2014 quant au profil des personnes et motifs qui les conduisaient au surendettement. Parmi les ménages endettés, les personnes vivant seules sont prédominantes (40%), ce sont surtout des hommes (57%), de nationalité suisse (61%) âgées de 31 à 50 ans (57%), avec un revenu moyen de  4'613 CHF. Néanmoins, 30% des personnes vivant dans ces ménages surendettés sont des enfants!

(source: www.schulden.ch)

Pour ce qui est des données propres à la réalité du surendettement des ménages ayant consulté pour la 1ère fois un service membre de Dettes Conseils Suisse en 2014, le montant moyen des dettes s'élève à 64'151 CHF, soit 13,9 fois le salaire mensuel moyen.

Les crédits à la consommation et la publicité en ligne de mire

Si le phénomène est souvent considéré comme révélateur de nouvelles tendances consommatoires, il est également lié à une banalisation de l'emprunt, ainsi qu'à la forte incitation à la consommation véhiculée par les messages publicitaires. Cette dernière, dans une société où il faut "avoir" pour "être", ne s'est pas réduite dans le contexte socio-économique défavorable des années 90, contrairement à la capacité financière des ménages.
La question du surendettement des ménages est sujette à controverses. Considérée par les milieux économiques comme étant du strict ressort de la liberté et de la responsabilité individuelles, elle est dénoncée par les défenseurs des consommateurs et par les services d'utilité publique pour une double raison : source de situations inextricables et de détresse pour les ménages concernés, elle implique également des conséquences négatives pour les ressources publiques (poursuites et faillites privées en augmentation, pertes fiscales, etc.).

Les contrats de crédit au comptant ou apparenté se rencontrent dans 33% des situations se surendettement. Et il faut savoir que la part de la dette totale liée à ces contrats équivaut à 17,7% de la dette totale (tous ménages confondus)! Le crédit à la consommation joue donc un rôle très important dans les situations de surendettement.

Mais le type de dettes le plus fréquent concerne les dettes fiscales. 69% des ménages surendettés ayant consulté Dettes Conseils Suisse en 2014 ont ce type de dettes. Une des raisons identifiée est que les personnes faisant l'objet de saisie de salaire n'arrive plus du tout à payer leurs impôts courants et ils s'endettent ainsi année après année auprès du fisc.

Reste que les dettes auprès des assurances maladies sont conséquentes avec 50% des ménages qui n'arrivent pas à les payer. Et les augmentations des primes maladie en 2017 ne feront qu'augmenter ce chiffre!

Types de dettes

Ce que soulignent les services d'aide, c'est que les ménages en difficultés mettent bien trop de temps avant de demander une aide extérieure, ce qui rend la situation d'autant plus critique. 

Si vous rencontrez des difficultés de ce type, nous vous conseillons de contacter :

Dettes Conseils Suisse qui met également une Hotline gratuite "SOS Dettes" au 0800 708 708

Solvable.ch

 
 
 
 
Affichages : 894
0 Clics: 894
0 Clics: 894

Ces bonnes résolutions que l’on prend chaque nouvelle année !

Chaque premier de l’an, tout de suite après le compte à rebours des douze coups de minuit, il est de coutume de prendre des résolutions qui devraient, nous semble-t-il, améliorer grandement notre existence pour les douze mois à venir.

Si vous aussi vous faites partie des joyeux téméraires – ou des doux utopistes – vous compterez certainement parmi vos résolutions l’une des suivantes :

1) Faire du sport.

C’est la résolution qui revient le plus souvent et aussi celle qui est la moins tenue ! En effet, les centres de loisirs voient toujours leurs quotas faire un boum en janvier. Si vous êtes membres d’un fitness, vous aurez le déplaisir de voir vos machines de muscu prises d’assaut les deux premiers mois de l’année, mais à partir de mars, ne vous inquiétez pas, tout reviendra à la normale.

Pour vous aider à tenir votre objectif sportif, voilà quelques astuces. Primo, optez pour un sport pour lequel vous avez un réel plaisir. Faire du yoga parce que c’est à la mode ou du cross fit juste parce que c’est l’activité qui devrait venir à bout de votre culotte de cheval ne vous aidera pas à tenir sur la durée. Deuxio, essayez de trouver un/e partenaire de loisirs pour vous booster mutuellement en cas de coup de mou. Finalement, passez en mode « effort-réconfort ». C’est-à-dire, après votre séance de sport, c’est à coup sûr un bain relaxant qui vous attend. Ou alors, c’est le plaisir de pouvoir atteindre un objectif comme de fermer à nouveau votre jeans préféré. En résumé, il faut vous trouver une bonne motivation pour vous bouger !

N’oubliez pas qu’une séance par semaine d’au moins 45 minutes, c’est déjà très bien et que bouger au quotidien, c’est aussi prendre davantage les escaliers au lieu de l’ascenseur, rentrer à pieds au lieu de prendre le bus, etc.

 

2) Manger mieux.

Après les gueuletons de fin d’année, vous êtes dans les starting blocks pour booster votre consommation de fruits et de légumes et ne plus sauter sur le moindre paquet de chips ou de biscuits qui traîne. Normal, votre estomac est en saturation. C’est donc le moment de prendre de nouvelles habitudes !

Manger en coup de vent ou affalé devant votre ordinateur, c’est du passé ! Prenez le temps d’avaler votre repas, assis et au calme, sans faire une autre activité, vous permettra de manger moins et d’éviter les maux d’estomac. D’autre part, il convient de faire des compromis. Par exemple, au lieu d’engloutir une barre de chocolat en dessert, prenez-en la moitié et complétez avec un fruit. De même, si vous prévoyez un bon repas au restaurant le soir, pensez à dîner plus légèrement. L’idée n’est pas de vous priver mais de rétablir un meilleur équilibre alimentaire, soit un profit pour votre santé sur le moyen terme déjà.

Optez pour des aliments plus riches en fibres et en nutriments en choisissant le riz, le pain, les pâtes en version complètes ou semi-complètes. Et abusez des légumes sous toutes leurs formes !

Préparez-vous une boîte ou un sachet à « grignotage sain » en cas de fringales entre les repas. Par exemple, quelques fruits secs, une poignée d’amandes et des biscuits de type Dar Vida. Mieux vaut manger quelque chose vers 16h plutôt que vous jeter sur l’apéro le soir ou de compenser à coup de pralinés vers 20h devant la télévision.

 

3) Faire le tri

L’heure des résolutions est aussi l’heure du grand nettoyage. On fait le tri dans ses papiers, dans sa maison mais également dans son entourage ! Franchement, en 2017, il est temps d’arrêterez de la jouer bonne poire. Les gens parasites qui ne viennent que se plaindre ou vous demander des services, c’est à tenir à distance. Pensez à vous !

Pour les gros bordéliques ou celles et ceux qui ne peuvent rien jeter, nous vous conseillons le livre de Marie Kondo, La Magie du rangement. Les conseils sont simples à mettre en pratique.

 

4) Arrêter de fumer

J’en connais qui se mordent les doigts puisqu’ils ont craqué le 2 janvier déjà ! Voilà, c’est une résolution facile à prendre mais bien difficile à tenir. Décider d’arrêter de fumer doit être un processus qui se décide en amont et non sur un coup de tête. L’association Stop Tabac vous indique les règles à suivre.

 

5) Positiver

Voir le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide ! Nous sommes tous plus ou moins prédisposés à la chose mais il n’empêche que l’optimisme, ça se travaille. Autant on ne peut changer sa morphologie, autant on peut changer sa manière de penser et d’appréhender la vie. Pour vous aider, retenez la citation d’Helen Keller : “Lorsqu'une porte du bonheur se ferme, une autre s'ouvre ; mais parfois on observe si longtemps celle qui est fermée qu'on ne voit pas celle qui vient de s'ouvrir à nous.” Autrement dit, chaque fois qu’il vous arrive un coup du sort, gardez toujours à l’esprit que quelque chose de positif s’ouvrira à vous, même si vous ne le voyez pas dans l’immédiat.  Ça n’est pas une situation donnée qui vous pourrit la vie ou, au contraire, vous apporte de la joie mais bien la manière dont vous la vivez.

 

6) Économiser

Comme le début d’année est souvent synonyme de compte en banque à sec (Noël étant passé par-là !), il est judicieux de repenser un peu son budget. Vous êtes du genre panier percé ? Prenez vos finances en main ! Ne sortez qu’avec du cash et n’utilisez plus vos cartes bancaires et de crédit. Vous aurez ainsi un meilleur aperçu de ce qui sort.

Fixez-vous un objectif comme des vacances au soleil ou un nouveau canapé. Vous serez vite surpris de constater qu’en ne dilapidant pas votre argent dans une énième paire de chaussures ou dans un gadget technologique, vous pourrez vous offrir quelque chose de bien plus utile ou enrichissant en patientant quelques mois.

 

7) Prendre du temps pour soi

Eh oui, avec nos vies trépidantes, pas facile de pouvoir s’arrêter un moment pour souffler et pensez uniquement à soi ! Pourtant, il est salutaire de se ressourcer en lisant un bon bouquin, en faisant régulièrement des siestes, une balade en forêt ou en participant à des cours de cuisine. Bref, en 2017, prévoyez un créneau dans votre agenda chaque semaine pour un rendez-vous avec vous-même. Vous culpabiliser à l’idée de ne pas passer ce temps-là avec vos enfants ? N’ayez aucun scrupules puisque si vous êtes épanoui/e, vos bambins le sentiront et le seront aussi !

Affichages : 607
0 Clics: 607
0 Clics: 607

À Noël, festoyez sans vous ruiner !

En cette ère consumériste, la fête de la naissance du Christ (on vous rappelle quand même l’origine au cas où vous l’auriez oubliée !) va une fois encore se révéler outrageusement dispendieuse pour la plupart d’entre nous.

Aussi cruel qu’une gastro qui nous pulvérise l’estomac, Noël a le don d’assécher notre porte-monnaie en plus de vider toute notre énergie !  

Voici donc quelques astuces qui vous permettront de ménager vos nerfs et vos finances…

Le repas de Noël communautaire

La famille étant nombreuse, les estomacs à remplir le sont aussi. Pour ne pas déléguer l’ensemble du menu à une seule personne, rien ne vaut le partage des tâches : Tati s’occupe de l’apéritif, vous de l’entrée, vos parents du plat principal, oncle Charles du fromage et votre belle-mère du dessert.  Les cousins apporteront les boissons et les enfants seront amenés à dresser la table. Si vous passez les fêtes avec des amis, optez également pour cette approche du pique-nique canadien.

Si votre famille vient de l’étranger ou que vos proches ne peuvent participer, choisissez un repas convivial tel que la fondue chinoise ou la raclette afin de vous éviter de passer votre soirée en cuisine. Pour limiter les frais, consultez les offres de l’avent des grandes enseignes qui font des promotions attractives, notamment sur la viande pour fondue chinoise.

Pour un menu plus traditionnel mais respectueux de votre budget, consultez les menus « pas chers » proposés par Cuisine Actuelle et Cuisine AZ.

 

Les cadeaux

Pour offrir des cadeaux à toute votre famille sans finir sur la paille, rien ne vaut une bonne organisation tout au long de l’année. Profitez des soldes d’après Noël pour acheter des produits non périssables (textile, accessoires pour la cuisine, bougies parfumées, boîtes à biscuits fantaisie, etc.) que vous pourrez offrir l’année d’après. Il est aussi conseillé d’ouvrir l’œil durant l’été et sa période de soldes, lors de vos voyages à l’étranger, etc. On ne le dira jamais assez, les cadeaux de Noël s’achètent au fil de l’année afin d’échelonner les dépenses et de ne pas finir dans le rouge aux mois de décembre et janvier.

Autre astuce pour limiter les frais : décider unanimement de ne pas faire de cadeaux. Certaines familles prennent le parti de ne plus s’offrir de présents et de se concentrer uniquement sur la réunion familiale et le repas de fête. D’autres ne font un cadeau qu’à un seul membre de la famille qu’ils auront tiré au sort au préalable selon un rituel familial.

Si vous êtes du genre à aimer gâter vos proches, nous vous conseillons de profiter des offres proposées tout au long de l’avent : le Black Friday (dernier vendredi de novembre) et le Cyber Monday, où les enseignes comme les sites de ventes en ligne vous font profiter de rabais très intéressants.  Il y a aussi les sites de ventes flash et de déstockage qui vous permettent d’acquérir des produits à prix réduits. Veillez toutefois à bien contrôler que les produits sont livrables avant Noël !

Profitez également de votre réseau ! Un ami travaille dans une firme horlogère ou une entreprise de cosmétiques ? Il a certainement accès aux ventes de Noël pour les employés et, par son intermédiaire, vous pourrez profiter de rabais conséquents sur une liste de produits.

Consultez les offres sur les sites d’annonce car vous pouvez trouver des produits qui n’ont quasi jamais servi, voire même encore dans leur emballage d’origine. Idéal pour votre fils qui rêve d’un tricycle ou d’un snowboard.

Il reste encore les cadeaux à faire vous-même (biscuits, déco, savons, etc) mais cette option-là demande d’avoir du temps devant soi… Si tel est le cas, foncez sur Pinterest qui vous propose plein d’idées et de techniques pour réaliser des créations maison ! Si vous avez un talent particulier (vous êtes un as de l’informatique, vous adorez cuisiner ou aimez jouer avec les enfants, etc), pensez à faire des bons à un proche qui appréciera vos services : « Bon pour une matinée à t’apprendre à utiliser internet », « Bon pour un souper à la maison », « Bon pour une soirée de baby-sitting », etc.  

 

La décoration

Que cela soit pour la décoration de table ou de votre intérieur, n’hésitez pas à aller chiner dans les magasins de 2ème main, au Centre Social Protestant, Coup de pouce, etc.

Si vous ne souhaitez pas investir dans un sapin de Noël, pourquoi ne pas décorer de boules et guirlandes vos plantes d’intérieur ! L’effet de fête est garanti et au moins, vous n’aurez pas les aiguilles à ramasser.

Consultez également votre entourage, amis, voisins, qui ont peut-être une multitude de décorations qu’ils n’utilisent plus.

Autre possibilité : ne rien décorer, ce qui vous évitera de devoir tout ranger en janvier !

 

La tenue de soirée

Là encore, pas besoin d’acheter du neuf ! N’hésitez pas à accessoiriser une tenue classique avec un beau foulard, des bijoux fantaisie, etc. Un maquillage de fête et une paire de talons hauts transforment une allure, même si vous portez votre traditionnel jean et un chemisier. Une autre astuce consiste à emprunter des vêtements à une amie dont la taille est similaire à la vôtre. Vous aurez l’impression d’avoir une tenue toute neuve mais qui ne vous aura rien coûté !

 

Les vœux à souhaiter

À l’heure du 2.0, les possibilités sont nombreuses pour envoyer des cartes virtuelles, des messages photos, des vidéos et bien d’autres choses pour souhaiter vos vœux de fin d’année. Il y a quantité de sites et d’applications gratuites qui vous proposent ce genre de services. Donc pas la peine de dépenser de l’argent en timbres et cartes de vœux !

Affichages : 965
0 Clics: 965
0 Clics: 965

La Suisse peine à se remettre du choc du franc fort

En 2016, la Suisse a encore su tirer son épingle du jeu malgré le contexte difficile des marchés européens et sa monnaie surévaluée. Selon toute vraisemblance, la croissance du PIB devrait atteindre 1,4%* sur l’ensemble de l’année écoulée.

Le chômage devrait augmenter en 2017

Malgré tout, le franc fort n'en a pas finir de faire suer l'économie nationale avec en ligne de mire, notamment, le commerce de détail, l'industrie des machines-outils et le tourisme. Interrogée par Swissinfo.ch, Veronica Weisser, responsable du marché suisse auprès d’UBS ajoute: "Il y a une reprise, mais elle reste incomplète. Le taux de chômage devrait encore progresser ces prochains mois et atteindre son niveau le plus élevé en 2017, avant de redescendre".

Il faut dire que des dizaines de milliers d’emplois ont été perdus, selon l'Union Syndicale Suisse, depuis 2008 et le début de l’appréciation du franc face à l’euro. Dans l'interview accordée à Swissinfo.ch, Patrick Linder, directeur de la chambre d'économie publique du Jura bernois, s'en inquiète: "La situation est devenue critique pour de nombreuses petites entreprises de la branche, tant leur capacité de résistance a été mise à rude épreuve. Certaines sociétés actives dans la sous-traitance sont aujourd’hui à deux doigts de mettre la clé sous la porte".

Reste qu'un secteur est totalement épargné, c'est celui de l'industrie pharmaceutique suisse qui livre des médicaments pour une énorme partie du monde, soit quelque 84,6 milliards de francs d'exportation en 2015.

Certes le PIB devrait rester stable mais la pression reste très forte sur des secteurs clés de l'économie (finances, tourisme, industrie) et la consommation des ménages suisses ne connaît guère d'embellie.

Pendant que l'Etat reste spectateur...

Professeur d'économie à l'Université de Fribourg, Sergio Rossi regrette le manque de vision et d’ambition des pouvoirs publics, qui disposeraient pourtant de toutes les cartes en mains pour relancer l’activité économique par les investissements: "Avec une charge de la dette quasiment nulle, ce serait le bon moment pour l’Etat d’investir dans les infrastructures, la formation ou encore le soin aux personnes âgées. Cela générerait de la croissance qui profiterait aux ménages, aux entreprises ainsi qu’aux générations futures. Malheureusement, le gouvernement et la majorité du parlement n’arrivent pas à se départir de leur approche budgétaire purement comptable".

* source: KOF Zurich

Affichages : 655
1 Clics: 655
1 Clics: 655

Pensez à l'action 2x Noël !

Si vous en avez marre de la surconsommation qui entoure les fêtes de fin d'année ou, tout simplement, vous souhaitez faire une bonne action, pensez à "2x Noël"!

Qu'est-ce que c'est?

Pour ceux qui n'en ont pas encore entendu parler, cette action, qui en est à sa 20ème édition, collecte des paquets en faveur des personnes démunies en Suisse et à l’étranger. Concrètement, du samedi 24 décembre 2016 au samedi 7 janvier 2017, vous pouvez confectionner un colis avec des produits tels que des produits d'hygiène, des fournitures scolaires, des chaussures neuves pour enfants et des denrées alimentaires non périssables (= 6 mois minimum). Vous pourrez déposer gratuitement votre paquet (un simple carton bien fermé fait l'affaire) à La Poste. Les offices de poste fournissent des étiquettes préimprimées. Il suffit de dire que le colis est destiné à «2 x Noël». Ou avec pick@home, le facteur vient chercher votre colis à la maison.

Autre solution: acheter un paquet virtuel en ligne, en faisant un don. Cela permet d'acheter directement les denrées utiles - surtout quand c'est pour l'étranger - car les personnes aiment consommer les produits qu'elles connaissent. De plus, il est beaucoup plus économique et écologique de se fournir sur place.

Les dons sont finalement distribués, pour moitié en Suisse, pour moitié à l’étranger. L’ensemble de la collecte est diffusée par les canaux de la Croix-Rouge suisse, qui peut ainsi se porter garante de la bonne affectation des dons.

Pour en savoir plus: 2xNoël

Affichages : 617
1 Clics: 617
1 Clics: 617

Cette année, on va dépenser plus à Noël (paraît-il)!

Les Suisses ont décidé, pour 2016, d'ouvrir un peu plus grand leur porte-monnaie. Selon une étude du cabinet d'audit et de conseil EY, le budget moyen consacré aux cadeaux serait de 294 CHF, soit 7% de plus que l'année dernière.

Il s'avère que les femmes sont plus généreuses que les hommes et la majorité des emplettes (55%) s'effectue dans les magasins spécialisés. Le shopping en ligne n'est pas oublié puisqu'il correspondrait à 17% des parts de marché.

Les prix étant souvent plus attractifs à l'étranger, les Suisses pratiquent à 33% le tourisme d'achat quand il s'agit de faire plaisir pendant les fêtes.

Affichages : 618
0 Clics: 618
0 Clics: 618