Notre économie va mieux !

Deux ans après l'abandon du taux plancher face à l'euro, la Suisse voit enfin ses perspectives économiques s'améliorer. Emplois, exportations, investissements, etc. les signes positifs se sont multipliés ces derniers mois.

Le FMI prévoit une croissance suisse de 1,4% en 2017 et de 1,6% en 2018. Un rebond qui sera «porté par une demande extérieure et intérieure soutenue», résume l’organisation dans son commentaire semestriel. (source: Le Temps)

Emploi et exportations

Au niveau de l'emploi, le chômage a encore diminué en mars pour passer de 3,6 à 3,4% par rapport au mois précédent. C’est dans les télécoms et dans l’industrie des machines que l’amélioration est la plus marquée. Même le recours au chômage partiel semble décélérer. La tendance n’est pas encore claire mais en janvier 2017 (derniers chiffres disponibles), 541 entreprises l’ont utilisé. C’est 48 de moins qu’un an auparavant.

Les économistes du Kof (le centre de recherches conjoncturelles, EPF Zurich) le disent sans détour: «Les solides perspectives pour l’économie suisse sont liées au développement de la zone euro». Les pays voisins vont mieux et cela se répercute sur la Suisse. Une hausse des exportations s'est ainsi fait sentir depuis le début de l'année au niveau de la chimie et du pharma (+ 4%), des métaux (+ 10%) et des machines et de l'électronique. Seul les secteurs de l'horlogerie et de la joaillerie restent à la traîne.

Inflation

Autre très bon présage: l'inflation est positive pour le 3e mois consécutif. Les prix ont augmenté de 0,2% en un mois et de 0,6% en une année. Et la Banque nationale suisse estime qu’elle va se maintenir à 0,3% en moyenne en 2017. «Le risque déflationniste s’éloigne, développe Ursina Kubli, économiste chez J. Safra Sarasin. Cette perspective redonne confiance aux consommateurs et aux entreprises.» (Source: Le Temps)

En résumé, les dépenses devraient remonter cette année, tant chez les particuliers que chez les entreprises. 

De quoi nous rendre un peu le sourire! Mais n'oublions pas toutefois que, comme la météo, l'économie n'est pas une science exacte.

Pour plus de détails, retrouvez les articles de Le Temps.

Affichages : 932

Ajouter votre commentaire

Écrire un commentaire en tant qu'invité

0

Commentaires

  • Aucun commentaire sur cet article.